Naturalisme

 

Le massif des Corbières est caractérisé par un climat sec formant une végétation bien particulière et typiquement méditerranéenne. C’est au cœur de ces formations végétales que trouve refuge un grand nombre d’espèces faunistique et floristique. En plus de la diversité floristique locale visible autour et dans le jardin botanique, on retrouve une grande richesse en termes d’oiseaux, d’insectes, de reptiles et d’amphibiens.

Les ornithologues connaissent bien ce site. On peut y observer de nombreux rapaces notamment en migration. Le plus remarquable d’entre tous, est l’Aigle de Bonelli, dont moins de 30 sites de reproduction sont connus en France. Par temps dégagé, il n’est pas rare de le voir survoler le jardin en quête d’alimentation. Le Circaète Jean-le-Blanc est également un habitué des lieux, appréciant fortement les belles pelouses débroussaillées de l’Arboretum, où il recherche activement des couleuvres (son régime alimentaire est composé à 90% de reptiles).

Quand vient l’hiver, à la tombée de la nuit un rapace patrimonial se fait entendre, résonnant dans toute la combe : le Grand-duc d’Europe. Quelques chanceux ont pu apercevoir ce hibou à la tombée de la nuit au sommet des falaises de la serre de Feuilla.

 

 

Un grand nombre d’espèce commune mais fort agréables à observer sont présentes non loin du site :

  • Le Loriot d’Europe, qui apprécie fortement les Saules à l’entrée du jardin et les berges boisées du ruisseau de Feuilla,
  • Le Guêpier d’Europe et le Rollier d’Europe, qu’on entend au loin et qu’il est possible de voir passer dans les environs au printemps,
  • Le Monticole, un éclair bleu peut venir se poser sur les falaises,
  • La Huppe fasciée, qui vient se nourrir régulièrement dans l’Arboretum !

Guêpier d'Europe  © Karline Martorell

Chevalier guignette © Karline Martorell

 Le ruisseau nous permet d'observer quelques espèces inféodées aux milieux humides et donc rares en milieux de garrigues. Le Martin pêcheur d’Europe, le Chevalier guignette et la Bergeronnette des ruisseaux sont les quelques oiseaux occasionnels que nous avons eu le plaisir d’observer !

Au final nous avons eu le loisir de recenser près d’une centaine d’espèce d’oiseaux  depuis quelques années!

Les entomologistes savourent eux aussi ce qui est un Eden pour de nombreux insectes et araignées. Il faut dire qu'il n'y a quasiment pas de cultures sur les km² à la ronde: papillon, cétoine et criquet sont légions. Les espèces particulières qui méritent d'être mentionnées sont surtout parmi les araignées; en effet plusieurs espèces d'Argiopes, de Nemesia (Mygale), 2 espèces de Tarentules (Lycoses) et une espèce de Veuve noire (latrodecte). Grande scolopendre, scorpion noir et scorpion jaune sont très présents sous les cailloux. De nombreux papillons sont également présents et des plus colorés telle que le Flambé ou le Machaon !

Papilio-machaon-2.jpg

Machaon © Jérémy Jalabert

Couleuvre à échelons © Jérémy Jalabert

A présent parlons un peu reptile. Ces garrigues feuillantines possèdent pas moins de 13 espèces, ce qui représente une richesse remarquable pour ce groupe. En voici la liste :

  • Lézard ocellé -Timon lepidus
  • Lézard catalan - Podarcis liolepis liolepis
  • Lézard vert - Lacerta bilineata
  • Psammodrome algire - Psammodromus algirus
  • Seps strié - Chalcides striatus
  • Tarente de Mauritanie - Tarentola mauritanica
  • Orvet fragile - Anguis fragilis
  • Couleuvre à collier - Natrix natrix astreptophora
  • Couleuvre vipérine - Natrix maura 
  • Couleuvre à échelon - Rhinechis scalaris
  • Couleuvre de Montpellier - Malpolon monspessulanus
  • Couleuvre d'esculape - Zamenis longissima
  • Coronelle girondine - Coronella girondica
  • Vipère aspic - Vipera aspis zinnikeri

Il y a quelques années, nous avons découvert plusieurs juvéniles d’Emyde lépreuse - Mauremys leprosa, une tortue palustre extrêmement rare en dehors de l'Espagne et du Maghreb.

 

Enfin le ruisseau de Feuilla représente un haut lieu de reproduction pour les amphibiens. Ainsi on retoruve de nombreuses espèces communes telle que le Triton palmé, le Crapaud commun ou encore la Rainette méridionale. Quelques espèces plus patrimoniales peuvent être observées tel que la Grenouille de Pérez.

Rainette méridionale © Jérémy Jalabert

 

×